prêt immobilier en france

Malgré la crise économique, l’investissement dans le secteur immobilier reste un vecteur intéressant d’acquisition ou de développement d’un patrimoine. Chaque personne est appelée à réfléchir à sa stratégie dans ce domaine : faut il louer ou acheter pour soi-même, faut il investir pour louer à des tiers, comment obtenir les meilleurs financements ?

Les conseils incontournables pour une acquisition immobilière

Avant de se poser la question du financement d’une opération immobilière, il est nécessaire de ne pas perdre de vue les fondamentaux d’une telle opération. Acheter un bien immobilier est un acte important qui mobilise souvent des moyens importants sur une durée longue. Se tromper est donc interdit !

Si les acquéreurs ont tendance à rechercher certains avantages fiscaux attachés à ces opérations,l’impératif absolu est de considérer les critères de base comme la localisation ( quartier ou ville en expansion ) ou la qualité des infrastructures (moyens de transport, études sur la qualité de vie et le nombre de services . Faire une vraie enquête de terrain, se renseigner sur les futures réalisations s’avère pertinent.

Une fois l’acquisition décidée, se pose le problème du financement. Rares sont les personnes à pouvoir autofinancer des investissements immobiliers d’autant que les fonds engagés sont souvent importants. D’ailleurs, est il pertinent d’autofinancer un achat alors que les taux d’emprunt se situent à un niveau historiquement bas ? ; rien n’est moins sûr !

La bonne stratégie à adopter

D’abord il ne faut pas se leurrer sur ses capacités à rembourser. Il est admis classiquement que la part du budget à consacrer à des crédits à court ou long terme ne doit pas excéder 30% de ses revenus.

L’autre élément clé à savoir réside dans le fait qu’une quote- part d’autofinancement ( idéalement entre 10 et 30% du prix global) est un élément favorable aux yeux des financeurs et permet donc de négocier en meilleure position qu’un financement à 100% . Cela montre que l’emprunteur dispose d’une certaine surface financière et contribue à le rassurer.

Même si les taux sont historiquement bas, les banquiers se montrent très frileux sur le profil des personnes à qui ils acceptent de prêter. Les contrôles des autorités de tutelle des banques sont renforcés depuis les différentes crises financières qui ont ébranlé certains organismes bancaires.

Faciliter la recherche d’un bon crédit immobilier

Bien négocier s’avère essentiel dans la phase d’obtention d’un crédit immobilier et pour bien négocier il est souvent indispensable :

- de constituer un dossier complet et exhaustif
- de faire jouer la concurrence

Avant de rencontrer les financeurs, n’hésitez pas à rassembler le maximum de données ( description du bien, motif de l’achat, part de l’autofinancement, ressources disponibles avec justificatifs ) car le moindre détail peut jouer en votre faveur. Ensuite votre banquier habituel fait partie des interlocuteurs indispensables car il vous connaît bien . Mais si vous sentez la moindre réticence , faites lui miroiter que la concurrence est vive. Disposant d’une certaine marge de manœuvre, il ne devrait pas trop hésiter à s’aligner sur des propositions plus intéressantes de peur de perdre un bon client.

Internet est l’allié de l’investisseur avisé. Grâce aux sites de comparateurs de taux, la simplicité est de mise. En quelques clics il est possible d’entrer les données demandées ( montant de l’emprunt sollicité, durée souhaitée…) et d’effectuer des simulations. Le site va jouer le rôle de courtier et soumettre votre demande à plusieurs organismes financiers permettant ainsi de recevoir des réponses de principe avec un gain de temps appréciable.

Un autre point permet de faire la différence dans l’optimisation de la recherche du meilleur crédit immobilier : l’assurance. En effet pas d’obtention d’un crédit sans souscription d’une assurance ! mais n’agissez pas automatiquement en souscrivant d’office l’assurance proposée par le banquier. Il est en effet judicieux là aussi de faire jouer la concurrence en sachant que l’assurance peut être dissociée de l’emprunt. Un faible écart de taux peut se révéler une économie significative sur un crédit important souscrit sur une longue période. Cette possibilité est récente et est incluse dans un dispositif dit « loi Lagarde » . Là aussi des sites comparent diverses propositions pour offrir des solutions moins chères.